8 décembre 2022 – https://www.europe-israel.org/

Colette : Au lieu de déblatérer sur des choses qu’il invente ou nie, il devrait lire la Torah et la Bible et demander à Dieu (pas son dieu) de l’éclairer.

Comme le dit le journaliste, l’orateur et la cause qu’il prône, sont vraiment désespérés. Quel antisémitisme. Ce qui est grave c’est qu’on laisse parler de tels énergumènes dans une université française.

Bien que de la part de Sciences Po on n’ait rien à attendre de bon. Ils sont antisémites, progressistes/gauchistes, wokistes….

On lit ou entend parfois des inepties, mais là ils font fort les pro-palestiniens. Certains déconstruisent l’homme, eux déconstruisent le christianisme et le judaïsme.

Ils sont toujours dans l’erreur et le mensonge, ils ne changent pas.

Sciences Po Menton se tient ce jeudi 8 décembre une conférence dont l’intervenant est Ahmed El Dabash, l’auteur d’un livre de propagande islamiste « Palestine From Here Emerged Civilization: From the Paleolithic to the Chalcolithic Age ».

Le sujet de cette conférence en est « l’usurpation de la Palestine » par la propagande sioniste, mais aussi la « véritable histoire de Jérusalem » ainsi que la « déconstruction du narratif de la Torah ». Le thème de la conférence de ce jeudi est « Plundering Palestine », le pillage de la Palestine, en toute simplicité.

Qui est l’organisation responsable de cet événement ? Sur l’affiche figure un nom  » Sciences Palestine » qui se déclare Menton’s Sciences Palestine Organization Palestine Libre sur le logo du drapeau palestinien – pas celui avec l’Etoile de David.

Daniel Sibony, écrivain et psychanalyste « Cette conférence qui veut prouver qu’il n’y a pas eu de peuple juif en Palestine il y a 20 siècles est importante, elle est même inaugurale car elle contredit le témoignage des Évangiles selon lequel Jésus, qui était juif, a saccagé les étals des marchands du temple qui vendaient  de quoi faire des sacrifices dans ledit temple. »

« Mais elle contredit aussi le Coran qui parle d’une vision de Mahomet : il a vu au loin une nuit la « mosquée lointaine » … Et comme il n’y avait pas de mosquée lointaine au temps de Mahomet, ce qu’il a vu, selon la tradition islamique elle-même, c’était les ruines du temple juif de Jérusalem.

Pour oser ainsi contredire deux textes aussi énormes, sans parler de la Bible hébraïque qui raconte sur plusieurs siècles la vie du peuple juif là-bas, il faut que l’orateur et sa cause soient désespérés.

Ajoutons que, selon le Psychanalyste Daniel Sibony,  dans son ouvrage : Proche-Orient psychanalyse d’un conflit,  ce qui fonde le droit des juifs sur cette terre, ce n’est pas seulement le témoignage du Coran, des Évangiles et de la Bible, c’est que depuis trois millénaires, y compris dans leur exil, les juifs n’ont cessé de parler de cette terre comme de LEUR terre . Et cela a fait que cette terre est littéralement possédée ; possédée par la transmission symbolique qui définit ce peuple juif. »

Le BNVCA condamne la caution apportée par Sciences Po à une organisation dont l’objectif est, comme toutes les organisations dites « palestiniennes », d’effacer de sa terre ancestrale le peuple juif et l’Etat d’Israël pour y implanter un « peuple palestinien » qui,  selon Arafat lui-même, fut inventé dans ce but. Cette carte de visite permettra à ce soi-disant « chercheur » de diffuser sans vergogne sa soupe.

Le BNVCA demande l’annulation de cette conférence antisioniste donc antisémite.

Colette : Je ne sais pas si cette conférence à été interdite à ce jour, mais j’en doute !