24 octobre 2021 : /www.anguillesousroche.com

Colette : Merci M. Poutine de dire tout haut ce que certains ne pensent même pas tout bas. Puisse t’il avoir des adeptes parmi les dirigeants de ce monde en perdition.

Lors d’un discours prononcé jeudi au club de discussion Valdai à Sotchi, M. Poutine a affirmé que la volonté d’éliminer le langage sexiste et d’enseigner aux enfants que le sexe biologique n’existe pas porte atteinte à la nature humaine.

« La discussion sur les droits des hommes et des femmes s’est transformée en une fantasmagorie totale dans un certain nombre de pays occidentaux », a déclaré Poutine.

« Ceux qui se risquent à dire que les hommes et les femmes existent encore, et que c’est un fait biologique, sont pratiquement ostracisés. »

Rt.com rapporte : Il a énuméré des exemples, tels que l’interdiction de mots comme « mère » et « père » au profit de termes comme « parent un et parent deux », ainsi que « l’interdiction de l’expression ‘lait maternel’ et son remplacement par ‘lait humain’ afin que les personnes peu sûres de leur propre genre ne soient pas contrariées ».

« Et ce n’est pas nouveau », a poursuivi le président russe. « Dans les années 1920, les guerriers de la culture soviétiques ont inventé un soi-disant ‘newspeak’, croyant qu’ils allaient ainsi créer un nouveau sens de la conscience et redéfinir les valeurs des gens. »

« Ceci sans parler de choses tout simplement monstrueuses », a-t-il ajouté, « comme lorsqu’on enseigne aux enfants, dès leur plus jeune âge, qu’un garçon peut facilement devenir une fille et vice versa. En fait, on les endoctrine dans les prétendus choix qui sont soi-disant disponibles pour tout le monde – en supprimant les parents de l’équation et en forçant l’enfant à prendre des décisions qui peuvent ruiner sa vie ».

C’est à la limite du crime contre l’humanité – tout cela sous le couvert du « progrès ».

En 2019, Poutine a insisté sur le fait que la Russie conserve « une attitude très détendue à l’égard de la communauté LGBT », affirmant :

« Nous n’avons pas de parti pris contre eux. » Cependant, a-t-il ajouté, « donnons aux enfants la possibilité de grandir et de décider après coup qui ils veulent être. Laissez-les tranquilles ».

Le pays a introduit en 2013 une loi interdisant la « promotion des valeurs sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs » dans le cadre d’un projet de loi visant à préserver les valeurs familiales. Bien qu’elle ait été critiquée par un certain nombre de groupes internationaux de défense des droits de l’homme à l’époque, Poutine a déclaré que ces mesures étaient importantes pour protéger les enfants.

« Je ne me soucie pas de l’orientation d’une personne, et je connais moi-même des personnes qui sont homosexuelles. Nous sommes en bons termes. Je n’ai aucun préjugé », avait-il ajouté à l’époque.