6 janvier 2023 – https://guiame-com-br.translate.goog/ – avec des informations de The Christian Post

Le nombre de décès par avortement est presque quatre fois plus élevé que le nombre de décès causés par des maladies infectieuses.

L’avortement est la première cause de décès dans le monde en 2022 pour la quatrième année consécutive, selon la base de données de santé Worldometer. Au total, 44 millions de bébés ont été tués l’année dernière.

Le rapport est basé sur des statistiques de l’Organisation mondiale de la santé, bien que l’OMS affirme qu’environ 73 millions d’avortements provoqués se produisent chaque année dans le monde.

  • La deuxième cause de décès en 2022 était les maladies transmissibles, qui ont causé près de 13 millions de décès.
  • Puis le cancer, tuant 8 millions de personnes,
  • 5 millions de décès causés par le tabagisme et
  • 2,5 millions de décès liés à l’alcool.
  • Peu de temps après, viennent les décès causés par le SIDA ; près de 2 millions.
  • Les principales causes de décès identifiées par le Worldometer comprennent également les accidents de la circulation, qui ont fait plus d’un million de morts, et les suicides, qui en ont totalisé plus d’un million.
  • Selon l’enquête, les décès dus au Covid-19 ont atteint 1 209 570 l’an dernier.

Les lois pro-vie limitent les avortements

Aux États-Unis, après que la Cour suprême a annulé le droit à l’avortement en juillet, plus de 175 000 avortements ont été empêchés, selon le groupe pro-vie Susan B. Anthony Pro-Life America.

Depuis la décision de la Cour suprême des États-Unis, 14 États américains ont mis en place des lois interdisant totalement ou partiellement l’ interruption de grossesse.

Selon les estimations du groupe pro-vie, au 2 décembre, il y avait 125 082 avortements de moins.

Au cours des quatre dernières années, l’avortement est resté la principale cause de décès dans le monde, affichant une légère augmentation au fil des ans. 

En 2021 et 2020, environ 44 millions de bébés ont été avortés. 42,4 millions de fœtus ont été tués en 2019. 

  

Colette : Le problème principal n’est pas l’avortement. Le 1er problème se trouve chez les femmes (mariées ou pas) ou les jeunes filles même des adolescentes qui avortent.

Elles butinent partout et souvent, sans regarder les conséquences qui seront pour la plupart un avortement, c »est à dire le meurtre d’un bébé.

Quand dans la Bible il est dit de garder son corps en bride c’est qu’il y a une raison. Voilà où est le problème, c’est le péché d’adultère, de fornication, le péché de vouloir tout et tout de suite, les plaisirs du monde qui mènent au péché : le sexe et après le meurtre.

Plus rien n’est interdit, plus rien n’est tabou. Il n’y a plus d’éducation, de réserve, de sens moral et on en arrive à ce nombre astronomique de morts de bébés de fœtus détruits. Quand le monde va t’il s’arrêter de couvrir la terre de péchés toujours plus sales les uns que les autres. Quand est-ce que le monde va retrouver un peu d’honneur ???

Mais je dis aussi, qu’il y a des femmes qui peuvent avorter quand leur vie est en danger, si on ne peut que sauver une vie et cela au moment de la mise au monde. Mais Dieu connaît les circonstances.

Mais un avortement chez une femme volage qui prend du plaisir de coucher à droite et à gauche. Elle, elle commet un meurtre et rien n’est justifiable.