9 octobre 2021 : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Gaïa pour Dreuz.info.

Une élève juive de 12 ans, dont le frère a été forcé d’embrasser les pieds d’un élève de classe musulman dans un parc de Melbourne, se fait maintenant harceler sur les réseaux sociaux

Une famille juive de Melbourne est l’objet d’une ignoble campagne d’intimidation antisémite. Leur fille de 12 ans a reçu d’horribles insultes en ligne par un autre enfant. Les messages « déchirants et toxiques » ont laissé la petite fille bouleversée et terrifiée.

L’affaire arrive au milieu des allégations selon lesquelles les écoles de Victoria sont un foyer d’antisémitisme ignoble.

Une famille juive ciblée par des intimidateurs racistes ignobles est à nouveau attaquée, après que leur fille de 12 ans a été victime de railleries ignobles sur les réseaux sociaux.

La famille, qui vit à Melbourne, a enduré une année infernale après que leur fils, maintenant âgé de 13 ans, a été forcé d’embrasser les pieds d’un élève de classe musulman sur des images qui évoquaient l’horrible scène, on voit le garçon, dans un parc près de son école, forcé de s’agenouiller sur le sol.

Et comme ce n’était pas assez, une campagne d’intimidation incessante a suivi, la famille inondée d’appels téléphoniques et de messages insultants, menaçant de les tuer et les appelant « chiens juifs ».

La fillette de 12 ans a reçu le message sur Instagram qui l’a laissée effrayée et bouleversée. Les antisémites, qui seraient également des enfants, attaquent maintenant leur fille.

Dans un message sur Instagram, un garçon a dit à la fille : « Va embrasser des chaussures comme ton frère ».

» Mes enfants ont d’abord été réticents à me montrer cette dernière attaque vicieuse, car ils sont conscients du bilan des 10 derniers mois », a déclaré leur mère, qui a choisi de rester anonyme. « Ce message abusif adressé à ma fille est déchirant, horrible et toxique. J’ai vraiment dû rassembler ma force intérieure une fois que j’ai contrôlé mon choc pour ne pas m’effondrer. Je n’arrête pas de me demander : quand ce cauchemar s’arrêtera-t-il ? »

En octobre, un garçon de 16 ans a été accusé d’avoir menacé de tuer un écolier juif et sa mère.
La victime a depuis été retirée du Cheltenham Secondary College, dans le sud-est de Melbourne, et fréquente désormais une école juive. Sa sœur, qui devait également commencer à l’école, a rejoint son frère à l’école juive, car la famille n’a « aucune confiance » dans le système éducatif de Victoria pour protéger leurs enfants.

S’adressant au Daily Mail Australia, leur mère a évoqué leur traitement ignoble par les antisémites.

« Alors que j’étais assise à la synagogue pendant Yom Kippour le 8 octobre, j’ai manqué trois appels d’un numéro privé », a-t-elle déclaré. « Nous sommes rentrés à la maison, avons commencé à nous préparer pour la nuit. Un numéro privé a appelé, et j’ai répondu au téléphone. »

Ce qui a suivi a été une tirade d’abus et d’insultes antisémites de trois heures, menaçant d’entrer par effraction dans leur maison et de les faire taire pour de bon.

« Il n’a pas caché son identité. Il a admis qui il était », a-t-elle poursuivi. « Ses menaces de représailles contre moi ont clairement montré que nous sommes attaqués pour avoir défendu notre droit en tant que juifs. Il a essayé de semer la peur en nous disant qu’il se trouvait à différentes entrées de notre maison et en détaillant les violences qui nous seraient infligées. »

La mère a déclaré qu’elle avait contacté le garçon sur Instagram et l’avait supplié d’arrêter — mais il avait refusé, alors elle a mis son téléphone sur silence et a appelé la police.

Elle a dit que les abus se sont poursuivis le lendemain.

« À peine ai-je quitté la synagogue pour une pause dans l’après-midi, j’ai répondu à un numéro privé, et trois voix masculines ont commencé à me harceler et à me menacer, a-t-elle déclaré. Le pire, c’était d’être traité de chien juif et de s*** juive. »

Le Dr Dvir Abramovich, président de la Commission anti-diffamation, a déclaré que la famille avait été « torturée et harcelée ».

Il a également déclaré que c’était la preuve que l’antisémitisme à Victoria est « hors de contrôle ».

« Honte à cette tyrannie impitoyable ! » a-t-il déclaré au Daily Mail Australia.  » Il est clair qu’il y a des individus haineux dans nos écoles, qui sont déterminés à continuer la torture émotionnelle et le harcèlement de cette famille.

Mon cœur va aux victimes et aux parents qui ont terriblement souffert au cours de l’année dernière, et qui portent encore les blessures des mauvais traitements auxquels ils ont été soumis.

Ce dernier épisode renforce la réalité selon laquelle l’antisémitisme dans les écoles victoriennes est un problème « hors de contrôle » et qu’être juif fait de vous une cible.

L’ADC contactera l’école de l’élève qui a envoyé ce message méprisable, et exigera que des mesures disciplinaires substantielles soient prises. Trop c’est trop. »

L’école a nié toute responsabilité dans l’incident du geste d’humiliation de baisement des pieds, car il n’a pas eu lieu sur le terrain de l’école, a déclaré la mère.

Colette : Comment ne pas voir ou croire que le Seigneur revient bientôt, lorsque l’on voit ce genre d’actes ignobles. Israël doit rester sans cesse dans nos prières dans nos supplications. Partout dans le monde l’islamisme fait des ravages, mais quand on voit ce comportement chez des enfants, on s’insurge contre cette sois-disant religion de « paix et d’amour », comme aime le proclamer les dirigeants de certains pays. Des pays que l’on croyait christianisés, ne réagissent plus aux actes antisémites, par peur d’être traités de racistes, ils laissent leur pays, leur population s’enfoncer toujours plus dans la fange nauséabonde de leurs idéaux contre tout ce qui est juif.

Maranatha oui Seigneur revient !