3 septembre 2021 : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Le sionisme (hébreu : צִיּוֹנוּת Tsiyyonut [tsijoˈnut] après Sion) est à la fois une idéologie et un mouvement nationaliste qui épouse l’établissement, et le soutien d’un État juif centré sur la zone correspondant approximativement à Canaan, la Terre sainte, dans la partie du globe rebaptisée « Palestine » par l’Empereur romain Hadrien, qui contient originairement l’État actuel d’Israël, y compris la Judée Samarie et Gaza, et l’actuelle Jordanie, sur la base d’un long lien et d’un attachement juif à cette terre.

Introduction

Le sionisme moderne est apparu à la fin du 19e siècle en Europe centrale et orientale en tant que mouvement de renouveau national, à la fois en réaction à de nouvelles vagues d’antisémitisme et en réponse à la Haskalah, ou les Lumières juives. Peu après, la plupart des dirigeants du mouvement ont associé l’objectif principal à la création de l’État souhaité en région de Palestine, alors une zone contrôlée par l’Empire ottoman.

Le sionisme postule une négation de la vie juive en diaspora et, jusqu’en 1948, perçoit son objectif principal comme un rassemblement idéal d’exilés (kibbutz galuyot) dans l’ancien cœur du peuple juif et, par la création d’un État, la libération des Juifs des persécutions, des humiliations, de la discrimination et de l’antisémitisme dont ils ont été victimes. Depuis la création de l’État d’Israël en 1948, le sionisme a continué principalement à plaider en faveur d’Israël et à faire face aux menaces qui pèsent sur son existence et sa sécurité.

Une variété religieuse du sionisme soutient les Juifs qui défendent leur identité juive définie comme une adhésion au judaïsme religieux, s’oppose à l’assimilation des Juifs dans d’autres sociétés et a prôné le retour des Juifs en Israël comme moyen pour les Juifs d’être une nation majoritaire dans leur propre État.

Une variété de sionisme, appelée sionisme culturel, fondé et représenté principalement par Ahad Ha’am, a encouragé une vision laïque d’un « centre spirituel » juif en Israël. Contrairement à Herzl, le fondateur du sionisme politique, Ahad Ha’am s’efforçait de faire d’Israël « un État juif et pas seulement un État de Juifs ».

Les partisans du sionisme le considèrent comme un mouvement de libération nationale pour le rapatriement d’un peuple persécuté résidant en tant que minorité dans diverses nations sur sa terre ancestrale. Les détracteurs du sionisme le considèrent à tort comme une idéologie colonialiste et raciste.

Terminologie

Le terme  » sionisme  » est dérivé du mot Zion (hébreu : ציון ,Tzi-yon), faisant référence à Jérusalem. Dans toute l’Europe de l’Est, à la fin du XIXe siècle, de nombreux groupes de base ont promu la réinstallation nationale des Juifs dans leur patrie, ainsi que la revitalisation et la culture de la langue hébraïque. Ces groupes étaient collectivement appelés les « Amoureux de Sion » et étaient considérés comme contrant un mouvement juif croissant vers l’assimilation.

La première utilisation du terme est attribuée à l’Autrichien Nathan Birnbaum, fondateur du mouvement nationaliste des étudiants juifs Kadimah ; il a utilisé le terme en 1890 dans son journal Selbstemanzipation ! (Auto-émancipation), dont le nom est presque identique à celui du livre de Léon Pinsker, Auto-Emancipation, publié en 1882.

Le dénominateur commun de tous les sionistes est la revendication de la terre occupée par l’Empire Ottoman, puis par les Britanniques, sous le nom de « Palestine », comme patrie nationale des Juifs et comme centre légitime de l’autodétermination nationale juive. Il est basé sur les liens historiques et les traditions religieuses liant le peuple juif à la Terre d’Israël. Le sionisme n’a pas d’idéologie uniforme, mais a évolué dans un dialogue entre une pléthore d’idéologies : Sionisme général, sionisme religieux, sionisme ouvrier, sionisme révisionniste, sionisme vert, etc.

Après presque deux millénaires de diaspora juive résidant dans divers pays sans État national, le mouvement sioniste a été fondé à la fin du XIXe siècle par des Juifs laïques, en grande partie en réponse à la montée de l’antisémitisme en Europe, illustrée par l’affaire Dreyfus en France et les pogroms antijuifs dans l’Empire russe.

Le mouvement politique a été officiellement créé par le journaliste austro-hongrois Theodor Herzl en 1897, après la publication de son livre Der Judenstaat (L’État juif). À l’époque, le mouvement cherchait à encourager la migration juive vers la Palestine ottomane, en particulier parmi les communautés juives qui étaient pauvres, non assimilées et dont la présence « flottante » causait de l’inquiétude, selon Herzl, parmi les Juifs assimilés et attisait l’antisémitisme parmi les chrétiens.

« Je crois qu’une merveilleuse génération de Juifs va naître. Les Maccabées se relèveront. Permettez-moi de répéter une fois de plus mes premiers mots : Les Juifs qui souhaitent un État l’auront. Nous vivrons enfin en hommes libres sur notre propre sol, et nous mourrons en paix dans nos propres maisons. Le monde sera libéré par notre liberté, enrichi par notre richesse, magnifié par notre grandeur. Et tout ce que nous tenterons d’accomplir ici pour notre propre bien-être réagira puissamment et bénéfiquement pour le bien de l’humanité. »

Théodore Herzl, mots de conclusion de L’État juif, 1896

Bien qu’étant initialement l’un des nombreux mouvements politiques juifs offrant des réponses alternatives à l’assimilation juive et à l’antisémitisme, le sionisme s’est rapidement développé. À ses débuts, ses partisans envisageaient la création d’un État juif en « Palestine », mot inventé par l’Empereur Romain Hadrien après avoir chassé une grande partie des Juifs vivant dans cette région.

Après la Seconde Guerre mondiale et la destruction de la vie juive en Europe centrale et orientale, où ces mouvements alternatifs étaient enracinés, il est devenu dominant dans la réflexion sur un État national juif.

Créant une alliance avec la Grande-Bretagne et s’assurant pendant quelques années le soutien de l’émigration juive en Palestine, les sionistes ont également recruté des Juifs européens pour y immigrer, en particulier des Juifs qui vivaient dans des régions de l’Empire russe où l’antisémitisme faisait rage.

L’alliance avec la Grande-Bretagne a été mise à rude épreuve lorsque cette dernière a réalisé les implications du mouvement juif pour les rares Arabes et Turcs implantés en région Palestine, mais les sionistes n’avaient d’autre choix que de persister.

Le mouvement a finalement réussi à établir Israël le 14 mai 1948 comme patrie du peuple juif. La proportion de Juifs dans le monde vivant en Israël n’a cessé de croître depuis l’émergence du mouvement. Au début du 21e siècle, plus de 40 % des Juifs du monde vivaient en Israël, soit plus que dans tout autre pays. Ces deux résultats représentent le succès historique du sionisme et sont inégalés par tout autre mouvement politique juif au cours des 2 000 dernières années.

Dans certaines études universitaires, le sionisme a été analysé à la fois dans le contexte plus large de la politique de la diaspora et comme un exemple des mouvements modernes de libération nationale.

Le sionisme a également cherché à assimiler les Juifs dans le monde moderne. En raison de la diaspora, une grande partie du peuple juif est restée étrangère à son pays d’adoption et s’est détachée des idées modernes. Les Juifs dits « assimilationnistes » souhaitaient une intégration complète dans la société européenne et américaine. Ils étaient prêts à minimiser leur identité juive et, dans certains cas, à abandonner leurs points de vue et opinions traditionnels dans une tentative de modernisation et d’assimilation au monde moderne.

Une forme moins extrême d’assimilation est appelée synthèse culturelle. Les partisans de la synthèse culturelle souhaitaient la continuité et seulement une évolution modérée, et étaient soucieux que les Juifs ne perdent pas leur identité en tant que peuple. Les « synthétiseurs culturels » insistaient à la fois sur la nécessité de maintenir les valeurs et la foi juives traditionnelles et sur la nécessité de se conformer à une société moderniste, par exemple en se conformant aux jours et aux règles de travail.

Le sionisme a été créé avec l’objectif politique de créer un État juif afin de créer une nation où les Juifs pourraient être la majorité, plutôt que la minorité qu’ils étaient dans une variété de nations de la diaspora. Theodor Herzl, le père idéologique du sionisme, considérait que l’antisémitisme était une caractéristique éternelle de toutes les sociétés dans lesquelles les Juifs vivaient en tant que minorités, et que seule une séparation pourrait permettre aux Juifs d’échapper à la persécution éternelle.

« Qu’ils nous donnent la souveraineté sur un morceau de la surface de la Terre, juste suffisant pour les besoins de notre peuple, puis nous ferons le reste ! » proclamait-il en exposant son plan.

Herzl envisageait deux destinations possibles où s’établir, l’Argentine et la Palestine. La colonisation juive de l’Argentine, vite abandonnée car peu suivie, était le projet de Maurice de Hirsch. Herzl concédait que la région de « Palestine » aurait une plus grande attraction en raison des liens historiques des Juifs avec. Il accepta également d’évaluer la proposition de Joseph Chamberlain pour une éventuelle colonisation juive dans les colonies d’Afrique de l’Est de la Grande-Bretagne. Mais, fondamentalement, le seul aboutissement réaliste du sionisme était le retour du peuple juif sur sa terre d’origine, Eretz Israël.

L’Aliyah (migration, littéralement « montée ») vers la Terre d’Israël est un thème récurrent dans les prières juives. Le rejet de la vie en diaspora est une hypothèse centrale du sionisme. Les partisans du sionisme estiment que les Juifs de la diaspora sont empêchés de s’épanouir pleinement dans la vie individuelle et nationale juive.

Avant la renaissance de la Nation Juive sur sa terre d’origine, Israël, les sionistes préféraient généralement parler l’hébreu, une langue sémitique qui s’est développée dans des conditions de liberté dans l’ancienne Judée, et s’efforcèrent de la moderniser et de l’adapter à un usage quotidien.

Les sionistes refusaient parfois de parler le yiddish, une langue qui, selon eux, s’était développée dans le contexte des persécutions européennes.
Une fois installés en Israël, de nombreux sionistes refusent de parler leur langue maternelle (diasporique) et adoptent de nouveaux noms en hébreu. L’hébreu était préféré non seulement pour des raisons idéologiques, mais aussi parce qu’il permettait à tous les citoyens du nouvel État d’avoir une langue commune, renforçant ainsi les liens politiques et culturels entre les sionistes.

Les principaux aspects de l’idée sioniste sont représentés dans la déclaration d’indépendance israélienne :

La terre d’Israël est le lieu de naissance du peuple juif. C’est là que s’est forgée son identité spirituelle, religieuse et politique. C’est ici qu’il a atteint pour la première fois le statut d’État, qu’il a créé des valeurs culturelles d’importance nationale et universelle et qu’il a donné au monde le Livre éternel des Livres.

Après avoir été exilé de force de sa terre, le peuple a gardé foi en elle tout au long de sa Dispersion et n’a jamais cessé de prier et d’espérer pour son retour et la restauration de sa liberté politique.

Poussés par cet attachement historique et traditionnel, les Juifs se sont efforcés, à chaque génération successive, de se réinstaller dans leur ancienne patrie. Au cours des dernières décennies, ils y sont revenus en masse.