5 juillet 2021 : anguillesousroche.com

Une belle victoire mais ce n’est pas encore fini.

Le projet de loi controversé C-10, qui aurait fortement restreint la liberté d’expression en ligne des Canadiens, n’a pas été adopté par le Sénat avant la pause estivale.

« Nous l’avons fait ! Nous avons gagné une bataille pour la liberté d’expression ! » a déclaré le député Pierre Poilievre, du Parti conservateur du Canada (PC), dans une vidéo publiée sur Twitter.

Il a ajouté : « Vous vous souvenez du projet de loi C-10, le projet de loi sur la censure qui permettrait aux gouvernements de contrôler ce que vous voyez et dites en ligne ? Eh bien, le Sénat a fermé ses portes pour l’été sans adopter ce projet de loi. »

En d’autres termes, il n’a pas force de loi aujourd’hui, et si Trudeau déclenche les élections anticipées dont il a parlé, le projet de loi mourra. Même s’il gagne cette élection, il devra présenter à nouveau le projet de loi dès la première étape et tout recommencer.

Et s’il perd et que les conservateurs prennent le pouvoir, nous nous assurerons que ce projet de loi ne verra plus jamais la lumière du jour.

Les conservateurs ont utilisé tous les outils procéduraux de leur boîte à outils pour retarder et bloquer l’avancement de ce terrible projet de loi. Nous l’avons empêché de passer en force à la Chambre des communes, en le retardant probablement de trois ou quatre semaines cruciales, ce qui a fait tourner le chrono et empêché le Sénat, même s’il a une majorité Trudeau, de l’adopter. »

Selon le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault, qui faisait la promotion du projet de loi, celui-ci a pour but de « réglementer Internet et les médias sociaux de la même manière que la radiodiffusion nationale ».

Mais les critiques ont heureusement vu dans le projet de loi un moyen pour le gouvernement de restreindre le discours en ligne des Canadiens.

Poilievre, cependant, a averti que la lutte contre les tentatives de Trudeau de censurer Internet n’est pas terminée.

« Cela dit, ce n’est que le début de votre combat. Si vos efforts pour signer des pétitions, contacter des politiciens et élever votre voix ont porté leurs fruits cette fois-ci, vous devrez recommencer », a-t-il expliqué. « Il ne fait aucun doute que la gauche autoritaire, les médias libéraux et le petit groupe de libéraux de Justin Trudeau, avides de pouvoir, tenteront une fois de plus de vous priver de votre liberté d’expression, en ligne et par d’autres moyens. »

Il a appelé les gens à être prêts pour le prochain combat :

« Faisons en sorte d’être prêts la prochaine fois que Trudeau et son équipe s’en prendront à notre liberté d’expression. Mais pour l’instant, prenons un moment pour célébrer. Nous pouvons avoir des victoires si nous défendons nos principes et faisons ce qui est juste, nous pouvons gagner. »