banniere feu presence

Vous êtes sur le site Le Feu De Ta Présence : Persécution des chrétiens et l'Eglise algérienne

 

MASSACRES DE CHRETIENS

Publication : 24 mars 2019 site infomediachrist


Outre l’attaque à l’arme blanche contre le recteur de l’oratoire Saint-Joseph (Québec / Canada), le père Claude Grou, nous parlons peu de la violence à laquelle sont exposés les chrétiens du monde, à part de brèves mentions aux nouvelles.

Le 4 mars dernier, alors que le monde était scotché devant la télé pour suivre les événements en Nouvelle-Zélande, des terroristes islamistes ont attaqué trois villages chrétiens du Nigéria septentrional.

Vingt-trois personnes ont été tuées par balles et par machettes.

Un « petit » massacre comparé à celui du 3 janvier 2015, quand 2000 chrétiens nigérians, surtout des femmes, des enfants et des vieillards, ont été tués par des islamistes, le pire massacre de Boko Haram selon Amnesty International.

En janvier dernier, 70 villageois chrétiens ont perdu la vie dans la même région lors d’attaques de militants musulmans. J’ai appris tout cela dans le blogue du vice-recteur de l’école de théologie de l’université de Melbourne, Peter G. Riddell. Pas à CNN ou LCN.

 

Et la compassion ?

 

La mort de musulmans aux mains de fanatiques est aussi tragique et insensée que la mort de chrétiens, mais comme le souligne Peter G. Riddell, il semble y avoir moins de compassion de la part des médias occidentaux pour la souffrance des chrétiens, surtout africains.

« Nous devons poser des questions difficiles pour comprendre pourquoi les médias du monde sont plus intéressés par le massacre de musulmans en Nouvelle-Zélande que par les massacres de chrétiens ailleurs dans le monde. »

Les exactions contre les chrétiens ne sont pas limitées à l’Afrique subsaharienne. En 1996, sept moines trappistes de Tibhirine ont été assassinés par des islamistes algériens. On compte par centaines les attaques contre des églises chrétiennes coptes en Égypte et les attentats contre des écoles et lieux de culte chrétiens pakistanais.

Il y a trois ans, un kamikaze s’est fait exploser dans un parc de Lahore. Il ciblait des familles chrétiennes qui célébraient Pâques. Bilan : 60 morts et 300 blessés.

En Corée du Nord, le pays le plus dangereux, selon l’Index mondial de persécution des chrétiens, 50 000 chrétiens seraient détenus dans des camps de concentration. En deuxième place, l’Afghanistan, et en troisième, la Somalie.

La persécution de chrétiens n’est pas qu’une affaire d’islamistes. Les nationalistes hindous ont très peu de tolérance pour les religions autres que l’hindouisme, pour des raisons religieuses et politiques : 325 actes de violence contre des chrétiens ont été recensés en Inde en 2018. Les évangéliques sont même persécutés par les cartels mexicains et colombiens.

 

Ensemble

 

La France chrétienne vit aussi des heures difficiles. En 2017, on a recensé 878 actes de vandalisme et de profanation d’églises. On se rappellera l’attentat à l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray, pendant lequel le prêtre Jacques Hamel est mort égorgé.

Mais il y a de l’espoir. En Guinée, musulmans et chrétiens combattent ensemble la violence faite aux enfants — excisions, mariages précoces, viols, traite, etc. — dans leurs cultures respectives. Au Pakistan, chrétiens et musulmans ont manifesté ensemble pour que Saima Iqbal, une chrétienne victime de viol, obtienne justice.

 

 

Algérie : Al-Qaïda appelle l'Algérie à devenir un Etat islamique pour combattre les chrétiens

Mars 2019 Publié sur les sites Ekklesia et ichretiens

 

Un haut responsable d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a appelé les musulmans à « s'unir » pour que l'Algérie soit gouvernée selon l'islam « seul » dans un discours destiné à tirer parti des manifestations de rue dans la rue Le président Abelaziz Bouteflika. 
 

Le discours d'Abou Ubaydah Yusuf al-Anabi, largement commenté sur les médias sociaux les 9 et 10 mars, décrit les conditions qui conduiraient à la formation d'un émirat islamique régi par la charia .


Il a appelé les musulmans algériens à rejeter toute identité régionale ou tribale et a déclaré que tous étaient des «fils de l'islam». Il a ajouté qu'il n'y avait pas de différence entre les Arabes et les étrangers tant qu'ils partageaient la même foi. Cela contraste vivement avec le président Bouteflika qui a déclaré qu'il «était loyal aux juifs et aux chrétiens».



Désigné comme «terroriste» par le département d'État américain en 2015, Al-Anabi a encouragé le peuple algérien à faire valoir ses revendications religieuses et à employer «la morale islamique et l' éthique de la charia » dans ses manifestations de rue.



Le discours d'Al-Anabi avait été prononcé quelques jours avant que Bouteflika, âgé de 82 ans, n'annonce le 11 mars que les élections générales prévues pour le 18 avril seraient reportées à une date indéterminée, tout en indiquant qu'il ne se représenterait pas pour un cinquième mandat. Présidentiel. Le président a subi un accident vasculaire cérébral en 2013 et est rarement vu en public.



Depuis le 22 février, des centaines de milliers d’Algériens à travers le pays organisent des manifestations hebdomadaires dans lesquelles ils reprochent le slogan "congé, c'est congé".


Bouteflika est président depuis 1999, date à laquelle il est devenu un candidat «d'unité» après la guerre civile entre le gouvernement et les islamistes. En 2006, la constitution du pays a déclaré l'islam religion d'État (article 2), mais a également déclaré que «la liberté de croyance et d'opinion est inviolable» (article 36).

 

En 2006, le gouvernement algérien a adopté une loi exigeant l'enregistrement des locaux utilisés pour le culte chrétien. sur la photo, une église historique à Alger
[ CC BY-SA 3.0 de Xiaotong Gao ]

 

Les groupes religieux non musulmans en Algérie sont tenus de s’inscrire pour pouvoir offrir des services et sont limités aux lieux approuvés. En pratique, les autorités ont généralement autorisé les églises enregistrées auprès d'organisations religieuses officielles, et même de groupes chrétiens non enregistrés, à se réunir sans autorisation préalable. Cependant, plusieurs églises ont été fermées depuis le début de 2018, soit en raison d'infractions présumées à la santé et à la sécurité, soit parce que les autorités affirment qu'elles ne sont pas correctement enregistrées.

L’Église algérienne, qui connaît une croissance rapide, est principalement composée de convertis de la première génération issus de l’islam, dont beaucoup sont des Berbères. Leur expérience de la liberté ou du harcèlement a connu des hauts et des bas au cours des 30 dernières années. L'appel d'Al-Anabi à l'unité dans l'islam, qui rejette les «identités tribales», fait référence au fossé profond qui sépare la communauté arabe (environ 70%) de la communauté berbère (environ 30%) en Algérie.

Les Berbères sont les descendants des peuples originaires de la région du Maghreb en Afrique du Nord. Les Arabes sont les descendants des envahisseurs musulmans envahisseurs du VIIe siècle, sous lesquels l’église algérienne originale a été anéantie. Ce n'est qu'au XIXe siècle qu'une petite présence chrétienne algérienne a été rétablie. Le ressentiment des Berbères à l'égard des Arabes a été cité par certains comme facteur de la croissance spectaculaire de l'Église parmi les Berbères algériens au cours des dernières décennies, alors qu'ils se détournaient de l'islam, religion de la majorité arabe, pour suivre le Christ. 

 

Retour sur Informations

 

Formulaire de Contact
Liens utiles
Qui sommes-nous ?