banniere feu presence

Vous êtes sur le site Le Feu De Ta Présence : Louanges d'aujourd'hui

L'Eglise doit préparer des « soldats de la foi » et ne pas être un loisir local, alerte le pasteur.

21 Octobre 2018 Chrétiens 2000


Le pasteur Kevin DeYoung, président du Conseil de la Gospel Coalition, une organisation centrée sur la théologie réformée, demande à l'Eglise de se recentrer sur sa mission en préparant des "soldats de la foi".

Lors de sa participation à la conférence de la Coalition de l'Évangile en Californie, il a abordé le texte de 2 Timothée 2: 1-13, qui compare la vie chrétienne à la discipline militaire.

 

Le pasteur observe qu'une église, sans la citer, cherche à ressembler davantage à un espace de loisirs à "l’atmosphère décontractée" avec ">des gens sympathiques", "de la musique contemporaine", "une cafétéria pour vous détendre", "une connexion wi-fi gratuite" et éventuellement la possibilité pour le visiteur de "découvrir ce qui est important pour Dieu. "

 

Le pasteur a opposé ces nouvelles tendances au code d’honneur des SEAL, la troupe d’élite de la marine américaine, qui maintien des valeurs telles que : 

"Servir avec honneur et intégrité sur et en dehors du champ de bataille",

"Soyez prêt à diriger, prêt à suivre, n'abandonnez jamais, "

" Prenez la responsabilité de vos actions et de celles de vos coéquipiers "et

"Entraînez-vous à la guerre, battez-vous pour gagner, combattez vos ennemis. "

 

2 Timothée 2:3-5: Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus Christ.Il n'est pas de soldat qui s'embarrasse des affaires de la vie, s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé; et l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a combattu suivant les règles.


« La Bible nous donne beaucoup d’images sur la discipline de foi contrairement à cette église que j’ai évoquée, où on invite simplement les gens avec la promesse : Venez, tout ira bien », a déclaré DeYoung.


Pièges autour de la musique chrétienne : Le sarment Jérôme Prékel 7/01/2007.


Le développement de la musique chrétienne et l’essor des groupes de louange suscitent un certain nombre de réflexions dans le Corps de Christ......mais un examen attentif fait apparaître de plus en plus de désaccords de fond avec la Parole de Dieu......


Rappelons simplement que la louange est une puissante composante de la foi, expression de notre gratitude, et ce, de l’Ancien au Nouveau Testament. Elle est initialement l’exaltation de Dieu : Sa puissance, Sa beauté, Son infinie sagesse, Sa miséricorde, Sa grâce.


Nous savons que Jésus a chanté des psaumes (Matthieu 26:30), et que l’apôtre Paul encourage les chrétiens à s’exhorter et s’enseigner les uns les autres en s’entretenant «par des psaumes et des hymnes et des cantiques spirituels, chantant et psalmodiant de tout votre coeur au Seigneur» Eph 5/19


Phénomène récent dans l’histoire de l’Église, nous assistons à l’avènement d’un certain type de musique chrétienne depuis une vingtaine d’années, durant lesquelles sont apparues des productions diverses, accompagnées d’une popularité nouvelle et dont le succès s’affirme de plus en plus..... ….Bien plus, certains points inquiétants ont fait leur apparition :


- le déplacement du rôle de la louange (à l’insu des acteurs du phénomène), qui consiste en une mise en avant excessive.
- un rapprochement de plus en plus suspect avec l’esprit du monde, qui tend à montrer que les valeurs chrétiennes seraient solubles dans les modes du siècle -et non le contraire comme on se plaît à le penser.
- un appauvrissement du sens fondamental de la louange, dont les apparences cependant n’ont jamais été aussi brillantes.


Chaque détail y était important, et l’ordre des choses devait être toujours scrupuleusement respecté. Aujourd’hui, un conducteur de louange ou un « leader » de groupe de louange qui privilégierait l’aspect musical et technique au détriment du sens que donnent les Écritures à la louange, évoluerait dans une plus grande vulnérabilité spirituelle, et exposerait inévitablement ceux qu’il est chargé de diriger à des risques religieux, dont le premier serait de manquer Le But véritable*. Et c’est ce qui se produit de plus en plus.


*Citation de Gloria Gaither, chansonnière chrétienne américaine : «J’ai demandé aux deux cent cinquante participants du séminaire combien conduisaient la louange dans leur Église ou écrivaient des chants. Les mains étaient presque toutes levées. Puis je leur ai demandé combien avaient lu 1 ou 2 Rois depuis deux ans. Trois mains levées. Je me suis alors penchée et je leur ai demandé de quel droit ils piquaient des versets positifs par-ci par-là dans les Psaumes pour leurs chants, sans considération pour le doute, les larmes et même l’agonie desquels ils étaient issus. Le psalmiste les a chèrement payés, ces versets heureux, lisez les Rois! C’est une leçon pour nous. La louange est authentique et réelle quand on est passé par le creuset et qu’on en est sorti». >Source : le christianisme aujourd’hui – avril 2006


Le pouvoir de la musique est donc incontestable, même le monde est au fait de cette connaissance. Il suffit pour s’en convaincre d’observer l’immersion des jeunes dans certains concerts, rave-parties, techno parades, et face à certaines idoles des musiques en vogue. Les leaders de certains groupes profanes sont investis d’une très grande influence, souvent rebelle, amorale, et c’est bien dans leurs rangs que le monde a compté, et compte encore, les plus grands apôtres antichrists. Satan connaît donc parfaitement la potentialité de la musique.......... et qu’il cherche par tous les moyens à dévoyer, détourner, polluer cette dimension de la musique chrétienne, en y introduisant (ou en suggérant l’introduction) de «feu étranger», de nature purement charnelle, ou d’emprunts/imports du monde


Dans l’analyse du phénomène de la musique chrétienne actuelle, des nouvelles formes de louange et d’adoration, nous pouvons extraire 3 éléments qui font partie du domaine naturel …..


1- Le marketing , la main qui vient au secours de Dieu, qui fait la promotion de la louange et de l’adoration (!), et qui serait une aide naturelle pour faire connaître la sainteté; car en effet le marketing chrétien nous explique que … «la musique chrétienne suscite l’adoration», «fait entrer dans l’adoration», et que les artistes chrétiens font partie «d’une nouvelle génération d’adorateurs assoiffés de pouvoir rendre gloire à Dieu au travers d’une louange passionnée et explosive» (Hillsong United). ….............pour donner naissance à une promotion commerciale de la louange de l’Eternel. C’est un acte aux implications spirituelles grave qui a été consenti ici par l’Église.


Il fut un temps, pas si éloigné, où la place de nos sens était sur une croix, et où les enseignements consistaient à crucifier la chair avec ses convoitises, à fuir les passions de la jeunesse : « Or ceux qui sont du Christ ont crucifié la chair avec les passions et les convoitises » (Galates 5:24 et 2 Timothée 2:22). Or, la nouvelle génération est conduite, sous nos yeux, avec la «complicité» de responsables progressistes/libéraux dans un esprit différent, mais, dit-on, toujours pour « adorer », ce qui aurait (croit-on) la faculté d’innocenter tous les comportements. La dérive incontestable d’une louange mondaine trahit l’émergence d’une nouvelle mentalité*.


2- L’argent
Le marketing mène d’une manière naturelle au sujet de l’argent. Lorsque la Bible traite de ce thème, elle emploie l’expression de « Mammon » (personnification de la richesse, et puissance qui contrôle son utilisation) : «Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon» (Matthieu 6:24).
Le fait que la notoriété et la rentabilité puissent se mêler à la louange à l’Eternel s’exprimant au travers de la musique chrétienne, est une donnée non négligeable, qui en rend plus complexe la gestion.


A ce sujet, les paroles de Leonard Ravenhill sont très parlantes :
Travaillant dans le milieu musical, je constate sans cesse cette confusion. Aujourd’hui, nous voyons des célébrités devenir chrétiennes, mais elles ne posent jamais leur musique sur l’autel. …… je dois vous exprimer ce dont j’ai été témoin. J’ai vu des célébrités devenir chrétiennes et être propulsées sous les feux des projecteurs par des éditeurs et des sociétés de disques, avant d’y avoir été préparées. Et lorsqu’elles rencontrent un échec, elles s’écroulent. Puis elles déclarent que le  » christianisme est une blague – cela ne marche pas  » alors que les gens les considéraient, en disant :  » Ils sont si zélés pour Dieu. » En réalité, elles cultivaient leur passion désorientée pour nourrir leurs propres intérêts.»


Ceux qui désirent aujourd’hui continuer d’affirmer avec la Bible que la louange en tant que telle doit être absolument sainte, réservée à Dieu, seront amenés à reconnaître également que la louange ne peut donc pas devenir un objet commercial, une marchandise, sans perdre sa sainteté.


3- Le mélange des styles, la confusion des genres
Alors qu’il est écrit : « Ne vous conformez pas à l’esprit du siècle » (Romains 12:2), certains compositeurs actuels rendent la louange à l’Eternel de plus en plus conforme aux styles de musiques du monde (du siècle), pensant peut-être que la louange purifie tout – mais ce principe n’est pas biblique : la Bible nous avertit même au contraire que ce sont «les mauvaises compagnies qui corrompent les bonnes moeurs » (1 Cor. 15:33). ….........


L’ensemble des croyants, en effet, c’est à dire l’Église, est appelé ouvertement à un devoir de résistance vis-à-vis de son époque et de sa mentalité, et non à un mélange. Le mélange est très exactement l’opposé de la sanctification, qui est étymologiquement la mise à part du monde et du péché.


Les scénographies de certains groupes de musique chrétienne, leurs attitudes, leurs vêtements, et l’utilisation qu’ils font de certains styles de musique relèvent d’un affront spirituel qui est fait à ceux qui ont donné leur vie pour l’amour de la Vérité.


Des musiques d’inspiration satanique (Rock, Hard Rock, Heavy Metal, etc), ouvertement déclarées et bien connues de tous les professionnels*, servent de «véhicule» (de «char») pour porter des paroles qui parlent de Dieu, et sont écoutées béatement par des adolescents qui y ressentent « l’onction », parce qu’on leur a présenté ces produits comme spirituels ; et l’on confond, inévitablement, la sphère émotionnelle et la sphère spirituelle.


Nous savons que des émotions similaires sont ressenties dans les concerts profanes et les concerts chrétiens : sentiments fusionnels, osmose, pulsions de joie, transports rythmiques, ivresse des sens, formes incantatoires, ce qui est absolument incontestable. Encore une fois, rappelons-le, le domaine de la musique est bien connu de l’ennemi et il fait peu de doute qu’il est en train de s’en servir, de telle sorte qu’il devient difficile de démêler le vrai du faux.

Appeler le bien : mal, et le mal : bien est le signe du désordre et de la confusion dans la maison de Dieu (Esaïe 5:20).

 

Un des dangers de la musique chrétienne actuelle – et de celle de demain – sera de confondre l’adoration avec une ambiance spirituelle (par manque de connaissance, voir Osée 4/6), et d’assimiler l’approbation divine avec le contact d’une «onction», selon le langage employé aujourd’hui, une stimulation réelle, mais qui ne touche que les sentiments. «Car «l’onction» ne change pas les vies, mais c’est l’obéissance qui change les vies, qui est le signe de notre circoncision intérieure» (Pierre Truschel).


Un des premiers symptômes inquiétants serait une louange riche en chants et musiques, mais de plus en plus pauvre en prières de reconnaissance et d’actions de grâce. C’est un fait constaté : les cultes qui se sont musicalisés à l’excès ne laissent plus de place à l’expression des prières personnelles. Et le peuple de Dieu fait de moins en moins entendre sa louange intime et vraie. Ceux qui considèrent ce phénomène comme un symptôme d’appauvrissement établissent un lien avec ce que la Bible appelle «l’apostasie*».


«Et le Seigneur dit: Parce ce que peuple s’approche de moi de sa bouche, et qu’ils m’honorent de leurs lèvres, et que leur coeur est éloigné de moi» És. 29:13


UNE PREUVE DE LA VACUITÉ DE CERTAINES LOUANGES, POURTANT PROBABLEMENT SINCÈRES


«Je hais, je méprise vos fêtes, et je ne puis sentir vos assemblées solennelles; si vous m’offrez des holocaustes et vos offrandes de gâteau, je ne les agréerai pas, et je ne regarderai pas le sacrifice de prospérités de vos bêtes grasses. Ôte de devant moi le bruit de tes cantiques; et la musique de tes luths, je ne l’écouterai pas.» Amos 5:21


La pensée donnée ici par Amos (ainsi que dans l’ensemble de son message) nous confirme cette vision et annonce également certains symptômes du christianisme de la fin des temps, renforcé par exemple par la prophétie de Paul à Timothée (2 Timothée 3:5): «Dans les derniers temps, les hommes auront l’apparence de la piété (nous pouvons intégrer dans ce mot celui d’adoration), tout en ayant renié ce qui en fait la force ».


Satan a cependant fourvoyé l’Eglise, bien peu vigilante et bien peu consciente de ces réalités sournoises liées à la musique et à son effet potentiel sur l’âme, en l’amenant à remplacer par la musique dite « chrétienne » (parce que pratiquée par des chrétiens, dans et pour l’Eglise) l’adoration qui est due à Dieu. Et il excelle remarquablement bien, ayant eu une longue expérience dans ce domaine, puisqu’il était le chérubin qui conduisait la louange dans le ciel* ! C’est parce qu’aujourd’hui la présence de Dieu est si absente de nos églises et réunions que nos jeunes chrétiens comme les moins jeunes ont cherché à la remplacer par l’artifice de la musique sophistiquée. (Ponia Pech).


«Le problème est que les responsables qui cèdent à la tentation ne savent pas qu’ils sont en train de perdre la spiritualité biblique de leur âme, parce que les chrétiens consomment des prestations musicales d’artistes, y compris dans les églises le dimanche matin, ils assistent ou participent à des shows, et Dieu est devenu un accessoire » (Scott McCarty).


Citation Ponia Pech
Il y a quelques années, dans une église charismatique bien ouverte à la bénédiction de Toronto et connue pour son groupe de louange,..........interprété de travers, abusivement tordu, malmené et utilisé pour justifier un tel appel à l’implication de tout le corps pour « adorer Dieu », ce qui, dans la pratique, donnait lieu à ce qui était appelé « célébrations » ou défoulements physiques collectifs se manifestant par des danses, des sauts, le tout sur des musiques bruyantes, une atmosphère survoltée, dénuée de tout sentiment de la présence de Dieu..................


Merci à Ponia Pech et Scott McCarty pour leur conseil, ainsi que leurs suggestions et corrections qui ont contribué à rendre cette étude plus compréhensible, et plus complète.


Pour lire l'étude dans son entier : https://lesarment.com/2007/01/pieges-autour-de-la-musique-chretienne/


C.H. Spurgeon a dit : N'allez pas là où la musique est bonne et la prédication théâtrale. Allez là où l'Evangile est prêché


Commentaires personnels


Une étude écrite il y a plus de 10 ans et qui est encore plus d'actualité aujourd'hui.

Nous aimons la louange et l'adoration pour Dieu, mais chanter pour Dieu doit être fait dans la sainteté et avec l'Esprit, ce qui manque aujourd'hui.


 

Lorsque nous regardons de plus près les concerts ou même les cultes avec une scène dans les ténèbres, des instruments qui « hurlent », des chanteurs arrivés dans la pénombre une capuche sur la tête et les batteurs qui entrent presque en transe, des spots qui crachent leur couleur, des jeunes qui hurlent, qui sifflent, qui allument des briquets. Je ne vois plus la sainteté de Dieu, il y a des paroles de la bible, mais ce ne sont que des paroles, Dieu veut tout de notre vie, pas seulement notre voix qui chante les paroles de la bible, mais notre être tout entier qui vit pour Lui et en Lui. Il nous veut saint comme Lui est trois fois Saint.


On pense que cela va amener plus de jeunes dans l'Eglise, une musique moderne, des rythmes modernes, mais ces jeunes où en sont-ils avec la croix ? La repentance?Le péché ? La vie de renoncement aux plaisirs du monde ? Ils s'éclatent comme ils disent, mais sans la sanctification nul ne verra le Seigneur, sans l'Esprit nul n'avance dans la foi. Quelle conversion ont-ils fait ? Ont-ils seulement entendu un enseignement, une prédication leur parler des fondements de la vie chrétienne, de la vie avec Christ de leur marche avec Jésus ?


Si ces jeunes allaient à des concerts du monde avant, ils retrouvent la même chose mais avec des mots chrétiens, pour eux seuls les paroles changent, le fond reste le même. Je ne crois pas qu'ils soient gagnés à l'Evangile de Jésus, mais ceux qui organisent ou qui font des cultes et après comme des marchands du Temple vendent les CD, gagnent de l'argent et mamon est arrivé.


Que Dieu nous garde et que l'Esprit réveille l'Eglise, qu'elle constate que le chemin pris n'est pas le bon, se repente et alors qu'elle sorte et témoigne de Jésus au monde.

 

Retour sur Informations

 

Formulaire de Contact
Liens utiles
Qui sommes-nous ?