banniere feu presence

Vous êtes sur le site Le Feu De Ta Présence : Urgent : cherche pasteur

 


Image par Nina Garman de Pixabay

 

 

On recherche un pasteur...

 

Une paroisse cherchait un pasteur.

Las d'entendre les exigences des paroissiens au sujet des candidats potentiels, un conseiller de la paroisse sortit de sa poche une lettre, laissant entendre qu'elle émanait d'un nouveau candidat capable de rallier tous les suffrages. Il en fit la lecture devant le Conseil de l’Assemblée :

"Messieurs, j'ai entendu dire que votre paroisse cherche un pasteur, et j'aimerais me proposer comme candidat ; j'ai quelques qualités, me semble t-il, que vous pourriez apprécier.

J'ai reçu la grâce de pouvoir prêcher avec beaucoup de puissance et de conviction, et je suis aussi écrivain.

Certains disent que je suis un bon organisateur. Oui, c’est vrai, j'ai toujours inscrit une ferme conviction dans le cœur des gens, dans la plupart des endroits où je suis allé.

D’autres cependant formulent des objections contre moi.

J'ai déjà les 50 ans passés ; nulle part je n'ai servi une paroisse plus de trois ans de suite.

J'ai dû en quitter quelques-unes après y avoir amené une certaine mésentente.

Je dois aussi admettre que j'ai été en prison trois ou quatre fois, mais pas parce que j’avais fait quelque chose de vraiment faux…

Ma santé laisse à désirer, et pourtant je dois faire du travail manuel pour pouvoir manger comme tout le monde.

Les paroisses que j'ai servies étaient en général petites, tout en se trouvant dans des grandes villes.

A plusieurs endroits, je ne me suis pas très bien entendu avec les chefs religieux d’autres communautés. Pour dire la vérité, quelques-uns m’ont même frappé !

Au point de vue administration, je ne suis pas spécialement fort. Je suis connu comme celui qui oublie parfois qui il a baptisé.

Néanmoins, si je puis vous être utile, je ferai de mon mieux pour servir votre paroisse, même si je devais de nouveau travailler de mes mains pour joindre les deux bouts."

 

Après la lecture de la lettre, ce fut un tollé général dans la salle de réunion. On se demandait, dans le Conseil, comment un tel candidat, ex-taulard, maladif, querelleur, perdant la mémoire et semant quelquefois la discorde, pouvait même penser être agréé !

C’était tellement hors du commun, qu’on voulût connaître le nom de ce mauvais coucheur…

 

Et le conseiller qui avait lu la lettre regarda sur l’arrière de l’enveloppe et lut : "Messieurs, son nom, c’est : Paul."

 

Retour sur Humour

 

 

 

Formulaire de Contact
Liens utiles
Qui sommes-nous ?
 

Site de l'Association La Moisson hébergé par OVH